Le parcours du GR10 retenu

Et bien voilà, le dimanche 5 juillet prochain, à 18h00, je vais m’élancer pour la traversée des Pyrénées, via le « GR10 ». Une trace de près de 900km pour 55.000 m de dénivelé positif.

Il existe de nombreuses traces et options proposées pour traverser les Pyrénées par le GR10.

Pour ma part, j’ai pris le choix de suivre la même trace que Thierry Corbarieu lors de son record de 2018 établi à 12 jours et 10 heures. Ce record qui est répertorié sur le site https://fastestknowntime.com/route/gr-10-france qui référencie les records des différents sentiers partout dans le monde.

Si vous souhaitez venir me retrouver lors de cette aventure, vous pourrez facilement me retrouver sur place grâce à la géolocalisation qui sera mise en place avec les balises GPS de DotVision et qui sera visible ici même sur mon site www.erikclavery.com

Si vous souhaitez parcourir quelques kilomètres en ma compagnie, je vous invite fortement à charger sur votre montre ou smartphone la trace GPX suivante :

https://fastestknowntime.com/system/files/routes/gps_data/GR-10.gpx

Avec cette trace, vous pourrez ainsi m’aider fortement en m’évitant de chercher le marquage « blanc et rouge »du GR et d’être plus serein !

Sur votre smartphone, je peux vous conseiller deux applications que j’apprécie car permettant de se géolocaliser, à savoir :

  • Iphigénie
  • GAIA GPS (qui permet également d’intégrer une trace GPS ou de tracer facilement votre propre parcours)

Avant toute chose, je préfère prévenir que le but est d’arriver à l’océan Atlantique le plus rapidement possible. Pour cela, je ne pourrais me permettre d’attendre qui que ce soit et chaque temps d’arrêt sera compté. Le chrono continue de tourner !

Aussi pour donner un maximum d’indication, voilà des vitesses qui pourraient être envisageable :

Entre 5 et 6,5 km/h de moyenne sur de grandes sections (ascension + descente) ;

Des montées entre 600 et 800 m/h, ou des allures pouvant aller entre 3 et 4,5km/h ;

Des descentes entre 7 et 11 km/h.

Bien entendu, tout cela dépendra de mon état de forme et de « digestion » des kilomètres au fil des jours !

Un petit rappel rapide du marquage !

FAIRE DEMI TOUR ! Cette voie n’est pas la bonne, on rebrousse chemin et on cherche le marquage du GR !

ON FILE ! C’est bon, deux traits parallèles, c’est le bon chemin, on avance tout droit.

ON TOURNE ! C’est clair, ca bifurque. A droite ou à gauche (dans le présent cas à gauche !), on suit le tracé et on prend le chemin qu’indique la flèche.

Une fois que l’on sait se diriger et s’orienter sur les sentiers, on étudie le parcours. Ce que j’ai fait !

Comme je l’ai indiqué, j’ai choisi ce parcours puisque c’est la trace du record officialisé par « FKT » Fastest Know Time.

Afin de me plonger dans le parcours, de m’y immerger, de visualiser la trace, j’ai découpé en 10 sections la globalité du parcours.

Je les intitule « étape », mais le terme n’est pas exact puisque même si cela pourrait correspondre à des étapes théoriques, la réalité sera certainement bien différente.

Voilà donc le tracé global du parcours que je vais emprunter à partir du 5 juillet prochain !

Et voilà les 10 sections que représentent cette traversée…

La section 1 :

Première étape. C’est peut être la seule qui devrait être respectée. Elle est longue, mais j’ai l’avantage de partir sur quelque chose que je connais puisque avec un départ à 18h00, je me rapproche très fortement de ce que j’ai pu vivre lors de l’UTMB ou de la Diagonale des Fous.

Cela reste une étape longue et donc difficile, notamment sur la partie en nocturne ou je ne bénéficierais pas d’un balisage d’organisation fluorescent, mais simplement des marques rouge et banches identifiant le GR.

Néanmoins, je me laisse pour cette première très longue journée 30h pour faire ce que je fais lors de l’UTMB en 23h00, et avec l’avantage supplémentaire d’avoir près de 3.000 m de dénivelé positif en moins que sur l’épreuve de Chamonix.

J’espère donc pouvoir arriver le lundi soir avant 24h à mon premier stop bivouac du coté de Bolquère suffisamment frais pour repartir le lendemain.

Section 2 :

Ce second tronçon sera forcément difficile.

Une longue étape, un beau dénivelé, une étape de la veille longue et éprouvante, et un corps fatigué sans être habitué encore à l’enchaînement des journées.

L’aventure commence et l’inconnu s’ouvre devant moi. Après 4h de sommeil que je compte m’octroyer, il va falloir repartir les jambes dures, mais l’esprit léger. Je compte sur le bonheur d’avancer déconnecté du temps pour m’emmener le plus loin possible. Et pourquoi pas à Goulier ?

Si toutefois l’étape s’avère trop longue, j’ai l’option d’un stop à Siguer, 11km plus tôt, pour raccourcir l’étape et mieux encaisser l’enchaînement de ces deux premiers jours.

Toutefois, le début d’étape plutôt « roulant » devrait me permettre d’enchaîner les kilomètres assez aisément, tout au moins pour le début de journée !

Bienvenue en Ariège !

Section 3 :

Cette section, pour ce troisième jour, est un peu plus courte que celle de la veille. Mais attention, l’immersion en Ariège peut être très délicate.

Ariège, pays nature et authentique, verdoyant mais « agressif », peut laisser des traces et quoi qu’il en soit limiter la vitesse de progression.

L’une des rare section de la moitié orientale que j’ai reconnue…noyé dans les nuages. Passages très technique, passages vertigineux, passages délicats, mais environnement magnifique. J’espère y avoir été cherché suffisamment d’énergie pour me permettre de traverser cette étape dans des délais acceptables.

Bien entendu, si l’étape de la veille devait être raccourcie, celle ci pourrait évoluer aussi. Peut être un arrêt à Bielle, ou alors une étape plus longue que prévue.

C’est mon histoire qui le dira !!

Section 4 :

Un début de section que j’ai pu reconnaître jusqu’à Seix. Une longue ascension, mais qui ne présente pas de grosse difficulté technique, suivi d’une longue descente qui se négocie bien…si les jambes le permettent !

4ème journée, à nouveau très longue. Encore difficile. Le corps commencera certainement tout juste son adaptation. Il me faudra me ravitailler souvent, me changer parfois, pour rester au sec et dans un maximum de confort. Mais l’enchaînement des dernière ascension, que je ne connais pas, pourrais accueillir certaines surprises.

Donc, cela reste une fin de section de découverte.

Section 5 :

Fos / Vielle-Aure. Je vais commencer à rentrer en terrain connu pour l’avoir sillonné à vélo de nombreuses fois.

L’étape est plus courte, mais le dénivelé et l’accumulation des ascensions, parfois longues, reste une difficulté à ne pas négliger.

Je vais m’accrocher au fait que cette section est la dernière avant des sections normalement un peu plus roulante et « facile ». Il va donc falloir serrer les dents, rester concentré, déterminé tout en restant dans l’engagement le plus intense.

Ajouté à cela que nombre d’amis devaient me rejoindre à partir de ce moment là, j’aime à espérer qu’en arrivant à Vielle-Aure, le plus dur sera fait !

Section 6 :

Voilà une étape que j’attends impatiemment. Une étape que je connais bien.

Les Hautes Pyrénées !

Le début de cette section devrait me permettre d’accumuler pas mal de kilomètres, sur un terrain que je connais très bien.

S’ensuit une très longue descente, qu’il me faudra gérer sans me détruire, en essayant de me préserver au maximum pour finir au mieux.

L’arrivée à Cauterets est également une section que je connais très bien puisque je l’ai repérée. Je ne passerais pas par l’Hourquette d’Arre au grand dam de certain, mais le record n’étant pas établi sur cette trace, je n’ai aucune raison de me rallonger…j’irais une prochaine fois en randonnée !

Section 7 :

Dernière étape de haute montagne, même s’il restera ensuite des passages à près de 1800m d’altitude.

Un départ de Cauterets que je connais bien, un passage par Gourette que j’ai déjà bien pratiqué, un passage par le sommet de mon aventure qu’est l’Hourquette d’Ossoue pour enchaîner par une belle descente et une dernière ascension qui me mènerait à Borce.

C’est une nouvelle section très difficile car cumulant beaucoup de dénivelé et des passages difficiles. Il ne me faudra pas traîner !!

Le corps devrait s’être adapté à l’effort mais peut être la fatigue et l’accumulation des courtes nuits se fera ressentir.

C’est un nouveau pallier dans la découverte de moi-même, de mon potentiel, de mes facultés à repousser le mal.

Mais c’est également un moment du défi où il ne faudra pas rentrer dans la lassitude. car par expérience, le second tiers d’une course et souvent le plus délicat à gérer, entre fatigue, saturation et lassitude justement, il faudra réussir à se raccrocher à des éléments motivationnels forts pour aller toujours plus loin !

Section 8 :

Bienvenu dans le Pays Basque !

Les dénivelés se réduisent fortement. Mais pour autant, la difficulté reste présente. C’est le Pays Basque !

Le point positif, c’est que je vais rentrer dans la dernière ligne droite. A partir d’ici, c’est limite si je ne vais pas voir l’océan ou du moins sentir les effluves salées !!

Difficile ou plus sereine, une chose est sûre, je compte être attiré par l’arrivée comme un aimant et rien ne devrait plus m’arrêter !

Section 9 :

Section plus courte, dénivelé moindre, l’avant dernier jour, tout en somme est fait pour que je puisse profiter de ceux qui viendront me rejoindre !

Et puis ce pays que je connais bien, j’espère l’apprécier comme il se doit !

Cette étape plus courte, tout comme la dernière, devrait me permettre de rattraper un peu de mon retard si toutefois j’en ai cumulé au fil des jours précédents.

Section 10 :

Elle est courte, peu de dénivelé, l’océan à vue, à partir de là je pourrais considérer que c’est gagné, même si tant que la ligne n’est pas franchie il faut rester ancré et concentré, ne pas se relâcher avant la plage d’Hendaye.

Bien trop de coureurs se font « avoir », pensant l’objectif atteint avant de l’avoir touché, et s’effondrant sans pouvoir l’atteindre. Je vais donc devoir jusqu’au pied de la mythique Rhune rester concentré et focalisé sur l’objectif.

Et à Hendaye… j’espère pouvoir tenir debout pour aller me baigner dans la baie et déguster l’accomplissement de ce défi !

Vous pourriez aussi aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *